Les tresses : comment bien les porter ?

Les tresses ne sont plus figées dans le rôle social qu’elles tenaient il y quelques siècles. Elles sont devenues tour à tour le symbole d’une nation, puis une simple coquetterie. Les femmes de type afro-américaines restent celles qui arborent ces coiffures dans la vie quotidienne. Pourtant les tresses protègent les cheveux des agressions du soleil et du vent, et permettent d’éviter les nœuds la nuit. Les tresses favorisent la pousse des cheveux dans une certaine mesure, et renforcent la fibre capillaire.

Quelle tresse pour quel visage ?

Les tresses ont cette faculté d’adaptation inouïe. Comme il y a plusieurs formes possibles, chaque morphologie du visage peut en porter un type. Un visage long et fin a besoin d’être adouci. Il faut donc une tresse qui ne le durcisse pas. Les tresses qui donnent de la féminité sont à privilégier, comme une tresse sur le côté façon serre-tête, ou une grande tresse floutée dans le dos. En fait une tresse floue va à presque toutes les formes de visage, car elle peut être déclinée à l’infini. La mettre sur le côté pour dégager un visage rond, la flouter sur le haut pour cacher un front trop large.

Ce qu’il faut éviter

Déjà le choix de la tresse est primordial. Evitez les tresses trop petites pour des cheveux fragilisés. Et même si l’envie est grande de les serrer au maximum afin de les garder le plus longtemps possible, c’est irrévocablement une mauvaise idée. Les vaisseaux sanguins seront asphyxiés. Les tresses trop grosses, elles, alourdissent la tête. Avoir des tresses ne dispense pas du soin à apporter à ses cheveux. Certes les tresses sont faites pour que celle qui les porte n’ait pas à toucher à sa coiffure trop souvent, mais elles sont des nids à poussière et à sueur, donc il faut les laver régulièrement. Et surtout il faut s’écouter. Encore une fois il existe mille variantes des tresses, il n’y a aucune raison de supporter celles qui donnent mal à la tête, ou celles qui tirent sur le front. Certaines provoquent l’apparition de boutons ou même de lésions pour les personnes qui ne supportent pas.